Pise

Pise et sa Tour perchée, l'image et symbol de la ville. ©Íñigo Pedrueza.
Pise et sa Tour perchée, l’image et symbol de la ville. ©Íñigo Pedrueza.

La ville de Pise (Pisa en italien) est un des lieux mythiques de la Toscane. Connue surtout pour son Duomo et la très célèbre Tour Penchée, la ville est la deuxième par importance de la région, et aussi un centre économique, culturelle et universitaire. Avec presque 90.000 habitants, Pise maintient, en dehors de Campo dei Miracoli Piazza del Duomo, des airs de petite ville de province, agréable et beaucoup plus habitée que la très, très touristique Florence.

Placée à l’embouchure de la valle que traverse la Toscane d’ouest en est, Pise constitue la porte d’entrée de beaucoup de touristes qui arrivent en bateau par Livourne ou par avion. D’ici, vous pouvez vous diriger vers Lucques, Pistoia, Prato et Florence ; Sienne, Volterra ou la Vallée de l’Orcia ou encore vers les plages du sud de la Toscane et les îles, Elbe en particulière.

La longue histoire d’un République maritime.

La ville est très ancienne et ses origines se perdent dans l’Antiquité. Fondée par des ligures, Etrusques, Grecs ou Pélasges rapidement la ville gagne en importance et pouvoir. Offrant un beau port fluvial en proximité de la côte, Rome s’empara de la ville et la faite colonie en 180 av J.-C. Mais il est pendant le Moyen Âge que la ville se va développer le plus. Après les Byzantins et les Lombards pise devient cité indépendante en 930 dépassant et dominant Lucques grâce à son port. République navale puissante, connaitra sont apogée pendant le XI siècle en conquérant la Sardaigne, la Corse et Carthage. Son influence sur une partie de la Sicile et surtout au chasser les pirates sarrasins de la mer tyrrhénienne sera très important. Sa participation aux croisades lui permet de fonder ses postes commerciaux le long de la Méditerranée orientale. L’alliance avec l’Empire byzantin sera très utile pour le commerce.

À cette époque, Pise est l’allié le plus précieux des Byzantins, et leur partenaire commercial principal, devant Venise. Pendant le XII Pisa joui de son essor économique et militaire, et son Duomo sur le Campo dei Miracoli est l’œuvre plus spectaculaire.

Mais les guerres du XII et XIII siècles avec Gênes d’abord et Venise et Florence après sonnent le glas de son pouvoir. A la fin du XIII dans la bataille de Meloria Pise perd sa flotte et des milliers de marins et soldats. Perdue la Sardaigne et ses ressources miniers, détruite la flotte et entame sa démographie la ville fini par perdre son commerce avec le changement du course de l’Arno ce qu’empêche les bateaux arriver sur le port de la ville. Les maladies et les luttes internes achèvent Pise qui passe sous le giron florentin dès le XIV siècle.

Depuis, malgré son déclin commercial et politique la ville maintient un rôle culturel important avec son Université. Nombreux artistes et scientistes y naquirent, par exemple Galilée, ce qui donna renommé à la ville et le permis de maintenir une partie de son patrimoine et importance culturelle.

Il Campo dei Miracoli, véritable centre touristique de la Toscane. ©Íñigo Pedrueza.
Il Campo dei Miracoli, véritable centre touristique de la Toscane. ©Íñigo Pedrueza.

Arriver à Pise : La Tour Penchée et beaucoup plus.

Dans la partie plus haute de la ville, toute de même un petit plateau se place la Place des miracles, Piazza dei Miracoli en italien. Beaucoup de touristes se limitent à la visiter en oubliant le reste de Pise. Dommage car, malgré la magnificence de son Duomo, le baptistère et le beffroi (la Tour penchée, Pise est une belle ville que mérite la visite complète.

Les accès à la ville, comme partout en Italie ne sont pas très commodes, l’autoroute finie brusquement à quelques kilomètres du centre et nous devrons nous guider parmi le dédale de petites routes qui mènent au centre. Malheureusement, il n’existent pas les routes nationales qui doublent les autoroutes en France, en Espagne, Belgique ou Allemagne. Donc, suivez les panneaux vers le centre. Dans notre visite nous avons trouvé un place pour nous garer juste avant les remparts, à côté de un petit tunnel souterrain. Comme à Lucques et Sienne, il est fort conseillé de se garer en dehors du centre ville. Il est plus facile, moins cher, gratuit parfois et sur. En plus, étant donné la taille de la ville, la promenade qui nos mènera au centre sera aussi une balade touristique.

Si vous arrivez par avion vous pouvez louer une voiture sur place ou bien prendre un bus à l’aéroport Galileo Galilei pour rejoindre le centre.

La place du Duomo est magnifique. Si vous arrivez par l’entrée extérieure, vous traverserez un petit pan de remparts médiévaux pour vous éblouir en face de l‘esplanade dei Miracoli. Pelouses fraichement tondues en un vert éclatant qui contrastent avec le blanc pur de la pierre des monuments et des remparts créent un ensemble magnifique qui nous fait même oublier la foule qui regarde comme nous. Penchée vers les monuments, ses allées la tour qui pointé le ciel bleu, éclatant aussi.

La Cathédrale de Pise, il Duomo du XI-XII siècles, est un des monuments plus marquants du style roman pisan (avec celle de Lucques). Le marbre blanc de Carrare aveugle et provoque la poésie en nous.

Egalement la Tour Penchée nous porte bien au-dessus de ses 58 mètres. Le fait de pencher l’a faite très fameuse, mais son « défaut » provient de l’époque de sa construction (fin du XII siècle), dû à l’affaissement du sol. Au début du XXI siècle les travaux de consolidation ont été finis, en gardant l’angle qui la caractérise.

Le troisième élément de cet ensemble précieux est le baptistère, le plus haut de toute l’Italie (55 mètres) Initié au XIIe et finie au XIV mélange les styles, le romain dans la partie basse, gothique sur la supérieure et la coupole.

Baptistere de la cathedrale de Pise. ©Íñigo Pedrueza.
Baptistère de la cathédrale de Pise. ©Íñigo Pedrueza.

La visite est payante hormis la cathédrale, gratuite, mais il faut passer par la caisse dans le bâtiment qui longe la place. Demandez simplement « il biglietto per la Catedrale »

L’autre Pise. Rive nord.

Une fois sortis de la Places des Miracles nous rentrons dans la vrai Pise. En laissant derrière la Tour Penchée nous prenons soit la Via Capponi, soit la Via Cardinale Maffi Pietro vers l’est pour faire un petite virage. Peu après vers le sud nous arrivons à la Via Guglielmo Oberdan, une rue piétonne, commercial, remplie de bars, commerces et boutiques qui mène jusqu’au fleuve Arno. Cette partie de la ville est très animée. Cette rue se rétréci en arrivant à l’Arno. C’est le Borgo Stretto, fameuse rue médiévale par ses arcades

A côte se trouve la zone universitaire avec nombreuses places et bâtiments d’intérêt comme la Piazza dei Cavalieri, véritable centre politique de la ville médiévale. Cette place ressemble plusieurs monuments construits par l’architecte Vassari. D’abord la belle et blanche Eglise de Santo Stefano, et le Palazzo della Carovana siège de la Scuola Normale Superiore de Pise, -tous les deux du XVI-, et le Palazzo dell’Orologio (Palais de l’horloge) avec la Tour de la Muda ou della Fame.

La Piazza Martiri della Libertá, large et boisée comptée avec la belle églises de Santa Caterina d’Alessandria, aussi de style romain pisan.

La Piazza Dante Alighieri en plein cœur de l’ambiance universitaire est un bon endroit pour manger ou prendre un café capuccino à petit prix. En plus les étudiants animent nombreux pubs et boutiques.

Un autre lieu d’intérêt est la Piazza Cavallotti et le Parc Botanique (Orto Botánico de Pisa).

D’autres églises remarquables sont l’église San Paolo a Ripa d’Arno, du Xe siècle, l’église Santa Maria della spina, celle ci de style gothique (finie en 1370). Ainsi que les Palais des Médicis du XIIIe et XIVe ou encore le Palais Agostini en brique, avec le café Ussero fréquenté par les intellectuelles du XIXe.

L’hôtel de Ville (Palazzo Gambacorti) ou la Tor Guelfe est aussi d’autres édifices remarquables.

Rive sud.

En traversant le Ponte di Mezzo depuis la Piazza del Pozzetto nous arrivons dans la parie sud de Pise. Cette partie de la ville n’est pas très visité en dehors de cette qui arrivent par le train. En tout cas cette une parte ou l’on voit des vrais pisans, donc la vie commune de la ville. Le Corso Italia est une rue commerciale remplie des enseignes de mode et des boutiques des marques plus connues en Europe, donc, ceux qui aiment le shopping… Restaurants, bars, etc, font de cette via un lieu très animé. En la suivant nous arrivons à la Place Largo Padri della Contituzzione et peu après la gare ferroviaire de Pisa. Cette partie moderne perd un peu le caractère médiéval, mais nos remet dans la vie réelle de l’Italie.

Musées de Pise.

Plusieurs musées animent la vie culture locale. Parmi nous vous recommandons le Domus Galilaeana (La maison de Galilée) ; le Musée des bateaux anciens qui rappellent le pouvoir maritime de la République de Pise (Museo delle navi antiche) ; le Musée de l’Opéra de l’Homme ; le parc Botanique déjà cité ; le Musée National du Palazzo Reale ; et le Musée d’Histoire Naturelle.

Où Manger.

La zone de la Cathédrale et la Tour Penchée est entourée de magasins de souvenirs, restaurants et bars. Nous vous recommandons vous éloigner ver le centre ville pour profiter de meilleurs menus et prix. La rue Guglielmo Oberdan, le Borgo Stretto, les rives de l’Arno et en général toute la zone des Universités est la meilleure pour trouver un bon restaurant dans tous les sens du mot.

Où s’héberger.

La partie médiévale, entre la Pizza dei Miracolli et l’Arno, de Pise possède nombreux hôtels et B&B pour s’héberger. Mais la plupart des touristes choisissent d’autres villes pour s’héberger, comme Florence et ses environs, Lucques, Sienne ou des B&B en villages. Pour tout renseignement écrivez nous ou visitez la section hébergement.